<<< retour page discographie

© Yannis Frier

LE NŒUD LOGIQUE + YUKO OSHIMA

GCC 2009

 

Anne Montagard : clarinette, voix | Lionel Malric : dispositif électro-acoustique, clavier | Yannis Frier : guitare électrique | Yuko Oshima : batterie, samples

 

« Les enfants, les marins, les singes et tous les êtres censés et voyageurs adorent les nœuds. Parce qu’ils savent que le nœud représente l’excellence des relations. Un nœud s’écrit, un nœud se sent, il aide à recentrer l’odorat de la corde. Le nœud a ses logiques de sens, le nœud est la logique même. La batteuse Yuko Oshima avec le trio Le nœud logique joue d’un battement composite, d’une attraction pour la connaissance, d’un avertissement volontaire, d’un véritable surgissement. La déviation est parfaite et le nœud coulant. »

Vincent Menières, Les allumés du jazz N°25

 

« Trois membres du Grand Chahut Collectif et une batteuse japonaise « free noise expérimental » en tournée – en vadrouille, dirait-on presque – en mai et juin 2008. Les cinq morceaux de cet album sont des captations de trois de leurs concerts : de l’improvisation à dominante bruitiste avec une solide bonne humeur et un penchant marqué pour la plaisanterie loufoque (les titres en témoignent). On regrette seulement de ne pas avoir l’image pour mieux partager l’énergie de ce joyeux chahut. A noter : trois invités de marque (Jean-Paul Autin, Damien Sabatier et Jean Luc Cappozzo) sur la troisième plage. »

Citizen Jazz

 

« C’est dans la voie souvent jugée aride de l’improvisation libre qu’a décidé de s’esbaudir ce trio d’iconoclastes délurés. C’est dire si, logique ou pas, ce nœud risque de rester en travers de la gorge de ceux qui n’admettent de musique que rigoureusement composée et mélodique. Le nœud logique est une émanation du Grand Chahut Collectif, ce collectif de musiciens pluri-dialectaux et transgressifs domicilié à Crest, dans la Drôme, et générateur de multiples formations, dont les Balinaises Chahutations (voir notre article dans Traverses n° 25). Officiant également au sein de ces Chahutations, les trois membres du nœud logique (Anne Montagard à la clarinette, à la voix et aux divers objets, Lionel Malric aux claviers, électronique et table sonore et Yannis Frier à la guitare électrique, au magnétophone et à la radio) accueillent sur ce CD Yuko Oshima, une batteuse japonaise qui s’est investie dans de nombreux domaines (rock, free noise, musique contemporaine, jazz, chanson, performance cinéma ou de butô, etc.). Outre la batterie, son dialecte musical s’exprime aussi par l’usage de samples et objets variés. La multi-instrumentalité.. professée par ce trio + 1 génère une poly-disciplinarité confondante et vindicative qui donne tout son sel à ces « élucubrations improvisées » captées live entre autre lors de l’édition 2008 du festival Petits Chahuts Itinérants. Le nœud logique ne craint pas de transiter ou de faire s’entrechoquer l’électroacoustique, l’ambient industrielle, l’électronica, le noisy-rock, le free jazz, jouant allègrement sur les contrastes climatiques, les tensions, les couleurs, les effets, la multiplicité timbrale, etc. Parfois, ça soubresaute et ça brinquebale sans crier gare, parfois ça crisse des pneus, ça grince des dents, ça fait crac, dzing, pof, blurb, mais aussi – ce qui est plus rare – ça fait Knack kneck knick knock knuck ! Les voies du chahutage sont décidément impénétrables….. Parfois aussi, ça prend le temps de vivre, de pauser, de se poser, de converser avec le silence, et il n’y aura que les oreilles mal préparées à ce sapage en règle des règles stylistiques pour prétendre qu’il ne se passe rien dans l’ Introduction de l’élan en Terre-Neuve avant la treizième minute. Lorsqu’on aura réveillé en nous l’esthète libertaire (éclairé) qui sommeille, on se rendra compte que derrière sa prime allure revêche, la musique de Le nœud logique est aussi ludique et conviviale. La preuve, un trio de cuivres est également invité sur Buzz et Youri. De plus, sans lâcher sa collaboration avec Yuko Oshima, Le nœud logique, a invité un autre batteur- orchestre, rien moins que Guigou Chenevier (Volapük, Body Parts…) en personne, pour ses prochaines peformances scéniques ! Il y a de l’élucubration dadaïste dans l’air…

Stéphane Fougère, magazine Traverses N°26

website © Yannis Frier | 2015